Résolution du parlement européen : La classe politique pointe ” l’ingérence” et dénonce ” la politique de deux poids et deux mesures”

La résolution du Parlement européen taclant l’Algérie pour “violation des droits de l’Homme” continue de faire réagir  en Algérie la classe politique à travers des déclarations médiatiques pour fustiger ce qui est unanimement qualifié d’ « ingérence dans les affaires internes d’un Etat souverain » et de pratique de “dénonciation sélective”, allusion à la situation au Sahara occidental et en Palestine.

Le sénateur du FLN, Abdelwahab Benzaim, propose pour sa part une action plus concrète en invitant ses homologues parlementaires à un rassemblement de protestation mardi devant le siège de la délégation européenne à Hydra.

« Il s’agit d’envoyer un message aux parlementaires qui ont initié cette résolution pour dénoncer les amalgames de cette résolution et leur rappeler que l’Algérie est un Etat souverain », écrit le député du FLN sur sa page Facebook suggérant aussi la remise d’une protestation aux représentants de la Délégation de l’UE, au terme de la manifestation, mardi.

Reste à savoir si les autorités permettront ce rassemblement, alors que les autorités de la wilaya d’Alger ont jusque-là dit non à toutes les demandes émanant de différentes parties.

Pour sa part, Bouzid Lazhari, président du Conseil national des droits de l’Homme, souligne que « la  résolution du parlement européen  est à la limite de la débilité », qualifiant son contenu « d’ingérence » et ajoutant que par son contenu, cette résolution fait écho aux partisans du slogan « Etat civil et non dictature militaire ».

Samedi, le ministère des Affaires étrangères, dans un communiqué, a souligné que «Ce document prêterait à sourire s’il n’était truffé d’allégations et d’accusations gravissimes et malveillantes proférées par des parlementaires contre les autorités algériennes, accusations allant de la détention arbitraire jusqu’à des actes de torture prétendument commis contre des membres du « Hirak » interpellés par les services de sécurité».

Pour rappel, le FLN, le RND, El Moustakbel, Talaia El Hourriet, Jil Djadid, le  groupe parlementaire du MSP ont dénoncé dans des communiqués, la résolution du parlement européen.

 

Articles similaires

Les vignettes automobiles disponibles dans tous les bureaux postaux du pays

chef

La revue de la police évoque les défis induits par la propagation de la Covid-19

chef

Soufiane Djilali accuse des forces qui veulent instrumentaliser le « Hirak « pour provoquer le chaos

chef