Economie bleue : Assurer les ressources humaines qualifiées pour relever les défis de développement

– Le secteur de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique œuvre à assurer des ressources humaines qualifiées dans le domaine de l’économie bleue et à leur garantir les outils technologiques nécessaires pour répondre aux besoins de l’économie nationale et relever les défis de développement, a affirmé lundi à Alger le ministre du secteur, Abdelbaki Benziane.

Le ministre s’exprimait à l’ouverture des travaux d’un séminaire international sur l’économie bleue abrité par l’Ecole nationale supérieure des sciences de la mer et de l’aménagement du littoral (ENSSMAL), sous le thème « Sciences de mer: un outil de développement et de promotion de l’économie bleue ».

Dans ce cadre, M. Benziane a indiqué que son département ministériel « se focalise, dans le domaine de l’économie bleue, sur les ressources humaines qualifiées, en œuvrant à leur assurer les outils technologiques appropriés en vue de répondre aux exigences des métiers actuels et futurs, et leur permettre partant de maitriser les technologies, améliorer la gouvernance, développer les méthodes de travail et mettre en œuvre les résultats de la recherche scientifique et de l’innovation afin de réaliser un produit local durable ».

Ce séminaire qui a été rehaussé de la participation de nombre d’experts et chercheurs algériens et étrangers « porte sur les défis majeurs auxquels fait face le développement de l’économie bleue, mais traite également des modalités permettant à l’université de s’ouvrir sur les établissements économiques », a-t-il expliqué.

Cette rencontre qui porte sur l’économie bleue évoquera le plan des « solutions blues 2022 », a souligné le ministre relevant qu’il s’agissait du premier évènement organisé par l’université algérienne consacré au « rôle de la science dans le développement de l’économie bleue en Algérie en associant les différentes parties économiques et les partenaires locaux et étrangers en vue d’échanger les expériences et les points de vue sur l’économie bleue durable ».

Le ministre a affirmé, dans ce sens, la détermination de son secteur à « placer la science au cœur des politiques publiques liées à la mer et au littoral, à soutenir toutes les activités marines et côtières, et à œuvrer progressivement à la réalisation d’une contribution efficace à même de garantir la sécurité alimentaire du citoyen à travers le lancement des projets des programmes nationaux de recherche. »

Selon M. Benziane, le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique veille à la concrétisation de la stratégie nationale inscrite dans son plan d’action, qui repose sur le renforcement du partenariat et de la coopération entre les différents secteurs gouvernementaux concernés et entre le tissu de la recherche à l’intérieur et à l’extérieur du pays, les opérateurs économiques et même les professionnels, et ce, dans le but de cristalliser et de développer des thématiques de recherche communes.

Il s’agit également de mettre en place des voies innovantes pour employer de nouvelles technologies dans le domaine de l’économie bleue afin de répondre aux besoins nationaux et aux exigences de l’environnement économique et social, dira-t-il.

Au terme de son allocution, le ministre a souligné que l’économie bleue « est devenue un élément essentiel pour le développement des sociétés, et son importance se manifeste à travers les activités économiques qui lui sont associées, en sus des opportunités qu’elle apporte au développement, précisant que « l’économie bleue vient s’ajouter à l’économie verte pour concourir à un développement durable des régions côtières algériennes, et ce, à travers la diversification des sources de revenus et la recherche de sources plus durables qui contribuent à la relance de l’économie nationale ».

Pour rappel, l’ouverture des activités du séminaire s’est déroulé en présence du ministre de la Pêche et des productions halieutiques, Hicham Sofiane Salaouatchi, de hauts responsables, de cadres relevant de plusieurs départements ministériels, ainsi que des représentants d’organisations internationales, des chercheurs et des experts.

 

Articles similaires

La loi sur les relations de travail favorisera l’amorce de la relance économique

chef

Formation professionnelle: Des mécanismes de travail adaptés aux nouvelles orientations socio-économiques

chef

Nouvelle loi sur l’investissement : Un texte de nature à redonner confiance aux opérateurs économiques

chef