Les responsables d’attaques chimiques doivent rendre des comptes, déclare le chef de l’ONU

Les auteurs d’attaques à l’arme chimique doivent être identifiés et tenus responsables de leurs actes, a déclaré lundi le Secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres.

Ses commentaires interviennent lors de l’ouverture de la deuxième session de la Conférence sur la création au Moyen-Orient d’une zone exempte d’armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive.

Actuellement, 60% des États membres des Nations unies sont couverts par cinq zones exemptes d’armes nucléaires en Amérique latine et dans les Caraïbes, dans le Pacifique Sud, en Asie du Sud-Est, en Afrique et en Asie centrale. M. Guterres a déclaré que l’élargissement de ces zones conduirait à des normes plus solides en matière de désarmement et de non-prolifération.

« Cela est particulièrement le cas au Moyen-Orient, où les préoccupations concernant les programmes nucléaires persistent et où les conflits et les guerres civiles font de nombreuses victimes civiles et causent de grandes souffrances, sapant la stabilité et perturbant le développement social et économique », a déclaré le chef des Nations unies, appelant une nouvelle fois tous les acteurs de la région à faire preuve de retenue et à éviter l’escalade des conflits.

La deuxième session de la conférence annuelle, qui a été retardée d’un an en raison de la pandémie de COVID-19, a été présidée par Mansour al-Otaibi, le représentant permanent du Koweït à l’ONU, qui a été choisi pour hériter de la présidence de la Jordanie après la première session de 2019.

Conformément à une décision de l’Assemblée générale, l’objectif de la conférence est « d’élaborer un traité juridiquement contraignant » pour établir une zone au Moyen-Orient exempte d’armes nucléaires et d’autres armes de destruction massive, sur la base « d’arrangements librement conclus par les États de la région ».

António Guterres a félicité le Koweït pour avoir « engagé activement les participants pendant la période intersessionnelle afin de tirer les leçons des autres zones exemptes d’armes nucléaires et de continuer à faire avancer le processus ».

Il a déclaré que la conférence représentait une chance de produire des résultats tangibles pour le Moyen-Orient et de rétablir le dialogue sur la mise en œuvre « complète et efficace » du Plan d’action global conjoint, également connu sous le nom d’accord sur le nucléaire iranien.

 

 

Articles similaires

Covid-19 : Selon l’OMS combattre la pandémie à coups de doses de rappel n’est pas une stratégie viable

chef

Le comédien américain Bob Saget est mort

chef

CAN. Trois journalistes algériens agressés au couteau à Douala

chef