ANNABA/ ENVIRONNEMENT Le « Cap de Garde » complètement délaissé

Situé seulement à 8 kilomètres du centre-ville de la commune d’Annaba sur la zone d’extension touristique (ZET) de la corniche, le Cap de garde, d’une superficie de plus de 30 hectares est dans un piteux état, malgré la réhabilitation du site il y a quelques années, offrant trois vues panoramiques sur la méditerranée et une autre sur les monts de l’Edough. Un endroit demeuré à l’état vierge mais très convoité par les annabis à la recherche de lieux d’évasion et fréquenté par de nombreux visiteurs venus de toutes les localités de l’est du pays. Un site qui est entrain de crouler de jour en jour sous les immenses tas de détritus, constitués généralement de canettes et petites bouteilles d’eau minérale en plastique  ainsi que de sachets de produits alimentaires  qu’abandonnent les consommateurs après leur passage. Cependant, de nombreux visiteurs, téméraires, osent défier la peur dans l’espoir de passer des moments de repos et de détente. L’appel de la nature est tellement fort que les gens ne se soucient guère de l’état des lieux. Qu’importe…pourvu qu’ils s’abreuvent des délices de ce panorama. Bien que des corbeilles publiques aient été installées tout au long de la route principale, il est regrettable que les visiteurs n’en fassent pas usage, ce qui explique cette abondance de déchets, souvent amoncelés par la force des vents. Signe frappant que les lieux sont régulièrement fréquentés.  Rares sont les visiteurs qui font preuve de civisme. Pourtant, ce ne sont pas les moyens qui font défaut, mais l’incompétence des uns et la négligence et le laisser- aller des autres qui font qu’on arrive à cette malheureuse situation. Est-ce de cette façon que nous allons développer le tourisme local et attirer les touristes étrangers ?  Les visiteurs de ce lieu majestueux n’ont jamais cessé d’alerter les élus locaux ainsi que les services de la protection de l’environnement sur la préservation de ce site devenu désolant…Triste spectacle! Comme si l’hygiène et la propreté étaient étrangères à nos coutumes et à nos traditions. Un adage dit : « Dame nature peut être source de réconfort et de paix pour les humains… mais elle exige de ses usagers un respect de tous les instants ».

Imen.B

Articles similaires

Féminicides : L’affaire d’une jeune femme brûlée à Alger refait surface

chef

ANNABA : Saisie de plus de 20.000 comprimés psychotropes

chef

ANNABA : Des ascenseurs en panne depuis des semaines, Les résidents des tours interpellent les services concernées

chef