Antarctique: un nouvel écosystème marin découvert à 500 mètres sous la glace

Les scientifiques parlent ainsi d’un « monde caché » de vie marine importante à cet endroit inexploré, resté jusqu’ici un secret verrouillé par la glace.

Ils étaient chargés d’étudier la fonte des glaces sur la barrière de Ross, la plus grande barrière de glace de l’Antarctique. Mais lorsque ce groupe de chercheurs néo-zélandais a foré à travers la glace jusqu’à une rivière souterraine, leur caméra a été envahie par de petites créatures ressemblant à des crevettes.

« Pendant un moment, nous avons pensé que quelque chose n’allait pas avec la caméra, mais lorsque la mise au point s’est améliorée, nous avons remarqué un essaim d’arthropodes d’une taille d’environ 5mm », a déclaré Craig Stevens, de l’Institut national de l’eau et de l’atmosphère au Guardian.

Une nouvelle qui les a fait « sauter de joie » puisqu’elle signifie l’existence d’un « monde caché » de vie marine importante à cet endroit inexploré sous la glace.

« De grosses surprises »

Les scientifiques connaissent depuis un certain temps l’existence d’un réseau de lacs et de rivières d’eau douce caché sous les couches de glace de l’Antarctique, mais il reste encore largement sous-étudié.

« Nous avons fait des recherches dans d’autres parties de la barrière de glace et nous pensions avoir une bonne maîtrise des choses, mais cette fois-ci, de grosses surprises nous étaient réservées », a ainsi déclaré Craig Stevens.

Sous une vaste plateforme de glace de l’Antarctique, à 500 mètres sous la glace et à des centaines kilomètres du bord de la plate-forme glaciaire, dans une caverne en forme de cathédrale de plusieurs centaines de mètres de haut, les chercheurs ont donc découvert un nouvel écosystème resté jusqu’ici un secret verrouillé par la glace.

« Un monde caché »

« Pouvoir observer et échantillonner cette rivière a été comme être le premier à entrer dans un monde caché », confie le responsable du projet, Huw Horgan, qui a été le premier à repérer l’estuaire, après avoir repéré une rainure dans la glace en étudiant les images satellites de la plate-forme glaciaire de Ross.

Des instruments ont été laissés dans la rivière pour observer son comportement, a-t-il précisé, tandis que les chercheurs du laboratoire vont étudier ce qui rend cette eau unique.

(SELON MSN)

Articles similaires

La peau des requins, reflet d’une vie sociale

chef

Bisphénol A, paracétamol, phtalates… Une étude confirme que les polluants chimiques altèrent la qualité du sperme

chef

Climat : Une fuite de méthane en pleine mer identifiée depuis l’espace

chef