Projet de transfert des eaux à partir du barrage Kef Eddir : Réduction des délais de réalisation à 21 mois

-Le ministère des Ressources en eau et de la Sécurité hydrique a annoncé lundi dans un communiqué la réduction des délais de réalisation du projet de transfert des eaux à partir du barrage de Kef Eddir (W. Tipasa) à 21 mois au lieu de 27 mois fixés initialement.

La décision a été prise au terme d’une réunion de travail qui a regroupé, la semaine dernière au siège du ministère, le secrétaire général du ministère, le directeur général de l’Agence nationale des barrages et des transferts (ANBT), et le président directeur général (Pdg) de l’entreprise en charge du projet “Cosider Canalisations”, en présence de cadres centraux du ministère, de cadres de la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL), de l’Organisme national de contrôle technique de la construction (CTC), et du directeur des ressources en eau de la wilaya de Tipasa.

Cette décision intervient en application des instructions du ministre des Ressources en eau et de la sécurité hydrique, Karim Hasni visant à accélérer le rythme de réalisation du projet”, selon le communiqué.         

Ce projet “d’envergure” prévoit la réalisation de 110 km linéaires de canalisations, 14 stations de pompage, 13 réservoirs d’une capacité de 140 000 m3, outre une station de traitement des eaux d’une capacité de production de 210 000 m3/jour, devant être réceptionnée en trois étapes, favorisant chacune la production et le transfert de 70 000 m3 d’eau/jour pour assurer l’approvisionnement des citoyens en eau potable, ajoute le document.

La réception de ce projet se fera en deux phases à partir de 2022, la première phase prévoit la réalisation de la principale station de pompage, d’une canalisation de transfert des eaux vers le réservoir principal assurant l’approvisionnement des communes de Beni Mileuk et Damous (Tipasa). La deuxième phase concernera le raccordement du principal réservoir de la commune de Damous à celui de Sidi Moussa, commune de Nador en passant par la principale station de pompage dans la commune de Sidi Ghiles, d’une capacité de production de 100 000 m3/jour, précise le ministère.

L’entreprise en charge du projet “Cosider canalisations” s’est engagée à mener les travaux de géni civil des réservoirs et de la station de traitement début octobre prochain.

L’approvisionnement du projet notamment en canalisations en fonte est en cours actuellement, à la faveur d’un marché conclu avec l’entreprise publique “ANABIB”.

Concernant les améliorations techniques à exécuter à court terme, elles concernent les communes du centre et de l’ouest de la wilaya de Tipasa, a fait savoir la même source, ajoutant que ces modifications interviennent dans le cadre du schéma directeur confié à “SEAAL”.

Il sera procédé également au lancement de la réalisation de 60 km linéaires de canalisations pour le transfert des eaux du barrage Kef Eddir à la station de traitement de la commune de Sidi Amar afin d’approvisionner les communes de Tipasa, Sidi Ghiles, Sidi Amar, Menaceur, Hadjout, Merad et Nador.

Ce “projet à vocation régionale” profitera aux wilayas d’Ain Defla et Chlef (communes d’Oued Goussine, Breira, Beni Haoua) et couvrira les besoins de 58 localités rurales dans les communes de Damous, Larhat, Beni Mileuk, Cherchell, Gouraya, Messelmoun, Aghbal, Hadjret Ennous, Sidi Semiane, Sidi Moussa et Nador.

Dans le cadre du marché conclu avec “Cosider Canalisations”, il sera procédé au raccordement de trois puits dans la commune de Messelmoun pour alimenter la commune de Sidi Ghiles en eau potable, “et ce avec la pose de 10 km linéaires de canalisations en raison du déficit enregistré actuellement dans les eaux superficielles (barrage Boukerdane).

 

Articles similaires

Moualfi appelle à une large contribution au reboisement

chef

Maintien de fermeture des salles d’ablutions au niveau des mosquées

chef

Hasni : Encourager l’accès des investisseurs agricoles à l’eau  

chef