Affaire de plus de 50 permis de construire bloqués au niveau de la wilaya d’Annaba Le wali, Djamel eddine berrimi, est-il au courant ?

Les orientations, les instructions du gouvernement et les lois en vigueur, sont claires et précises et ne souffrent d’aucune équivoque, quant à la volonté de l’état de lever tous les obstacles fallacieux à caractère bureaucratique, afin de faciliter et de promouvoir le développement économique des entreprises algériennes, ainsi que celui du pays. Mais sur le terrain, les handicaps persistent toujours. L’Administration locale et régionale sont sous l’emprise de chefs qui ne veulent pas changer ni de mentalité, ni de pratiques pour se conformer strictement aux directives du gouvernement. C’est le  cas au niveau de la wilaya d’Annaba, où de nombreux investisseurs et autres opérateurs économiques activant notamment dans le secteur de l’habitat et de la construction qui continuent à subir le diktat et la loi implacable des bureaucrates. En effet, plus de 50 dossiers pour l’obtention d’un permis de construire déposés par des opérateurs économiques investisseurs, depuis janvier 2021 sont en souffrance au niveau des services compétents, jusqu’à ce jour. Aucune suite n’a été donnée à leurs promoteurs. «  La DUAC prétend que les dossiers en question, sont en cours de traitement au niveau de la wilaya, mais au niveau de cette dernière, c’est le black-out total autour de cette affaire », dénoncent en colère et très dépités les investisseurs concernés qui auraient alerté le chef de l’exécutif sur ces dépassements graves, et ils se demandent  si le wali, Djamel Eddine Berrimi, est au courant de cette situation compromettante pour le lancement de divers projets. Les opérateurs économiques lésés revendiquent en conséquence l’application de la loi qui prévoit, explicitement, un maximum de huit (8) jours pour le traitement des dossiers relatifs à l’octroi du permis de construire. Indignés, ils n’hésitent pas à souligner que ces responsables bureaucrates ne craignent apparemment, ni le président Abdelmadjid Tebboune, ni le Chef de gouvernement, ni le ministre de l’habitat et encore moins le wali. Djamel Eddine Berrimi, va-t-il réagir ?

Rafraf Mohamed

 

 

Articles similaires

El Hadjar /Cadre de vie : Les occupants du bidonville de « Beni Lahmer » lancent un appel de détresse

chef

ANNABA / Exploitation: des enfants Un phénomène qui prend de l’ampleur Des enfants forcés par leurs parents aux petits métiers de la débrouille

chef

ANNABA / El Bouni. Un nouveau marché de proximité de 80 box s’ouvre aux habitants de Bouzaaroura.

chef