Le Pr Benbouzid: « La situation pandémique ne nécessite pas l’ouverture des hôpitaux de campagne »

Le Pr Benbouzid, entouré des membres du Comité de suivi  de la pandémie du Coronavirus, a animé hier  lundi un nouveau point de presse pour dresser une sorte de tableau clinique  de la situation épidémiologique en Algérie qui, insiste t-il, « se trouve actuellement  en plein deuxième vague »

« La situation est certes préoccupante, mais pour le moment il n’est pas nécessaire d’avoir recours à des hôpitaux de campagne », croit pouvoir dire le ministre de la Santé  qui met en exergue l’apport  de l’Armée en termes de logistique, d’infrastructures sanitaires  et de personnels soignants.

En revanche,  Le Pr Benbouzid s’est  montré vent debout contre l’opinion assez  répandue selon laquelle les hôpitaux seraient  en état  de saturation, déclinant, à l’appui de son propos  certains chiffres qui prouvent le contraire, à l’exemple de l’hôpital de Ain Taya qui est à 63, 53%, Douiéra, 84,17%, El Kettar 60%, alors que Beni Messous affiche actuellement  11%  d’occupation des lits d’hospitalisation.

Le ministre a évoqué  à ce propos des bienfaiteurs qui ont mis à la disposition des autorités des hôtels pour éventuellement accueillir des malades dans les régions où les structures hospitalisées seraient en état de saturation, interprétant cette disponibilité comme un acte de «  la solidarité légendaire du peuple algérien qui lui a permis par le passé de traverser des épreuves difficiles. »

Par ailleurs, le Pr Benbouzid, est longuement revenu sur les différents tests ( PCR, sérologiques et antigénique) , expliquant que « le test PCR nécessité un laboratoire , un professionnel et un appareil) ; d’où , selon lui l’impossibilité de mettre en place ce genre de structures dans touts les Wilayas du pays.

Le ministre indique   à ce propos que désormais l’Algérie va réorienter sa  doctrine  en privilégiant les tests antigéniques qui donnent le résultat 15 minutes après le prélèvement sanguin.

Et  le revenir  également sur l’éternelle polémique sur les chiffres   de la pandémie, affirmant qu’ils se font sur  base des remontées quotidiennes des informations  des différentes wilayas .Puis de profiter pour s’en prendre à nouveaux à   « ceux qui déforment la réalité, en colportant des fausses informations ou en exagérant des situations minimes  sur les réseaux sociaux. »

120 :   c’est le chiffre des personnels médicaux, décédés de la Covid-19, informe le ministre qui admet que « les personnels de santé sont très fatigués, mais nous sommes en guerre. Pendant la guerre de libération, les Moudjahidines tutoyaient quotidiennement la mort, mais ils sont poursuivi le combat  jusqu’ à la victoire»

Enfin, à propos  des appels que certains syndicats et  parents d’élèves lance pour la fermeture des écoles, le ministre de la Santé  affiche son opposition  et rassure que pour le moment rien ne justifie une telle mesure, évoquant le cas des autres pays où l’école continue de fonctionnera  avec juste des mesures barrières plus rigoureuses.

Benbouzid admet bien  l’existence de cas de contamination des personnels dans certains établissements scolaires, soulignant qu’il s’agit de « cas de figure mineurs », qui ne nécessitent  pas la fermeture des établissements, mais juste la mise en quarantaine des  ca positifs.

Articles similaires

Etendre la vaccination aux cliniques privées et aux pharmacies

chef

Coronavirus: Les pharmaciens associés à la campagne de vaccination

chef

Sonatrach : Plus de 5500 postes de travail au profit des jeunes des wilayas du Sud en 2021

chef