L’exposition Faces and Places, un voyage dans le temps à travers l’art pré-moderne libanais

C’est un voyage dans le temps que proposent sept étudiants sous l’impulsion de leur enseignante en histoire de l’art, Elsie Deek Abou Jaoudé, commissaire de l’exposition Faces and Places, à la découverte ou redécouverte des peintres libanais précurseurs du modernisme. «Ils sont souvent méconnus, ou en tout cas pas suffisamment connus», explique la commissaire, pour qui l’art doit être moins intellectuel, savant et élitiste, pour qu’une plus grande partie de la population – notamment des jeunes, qui pourraient être intimidés – y ait accès.

Ce projet est basé sur un travail de recherche des étudiants de l’école d’architecture et de design de l’Université Saint-Esprit de Kaslik (Usek), au Liban, sur les peintres qui ont posé les jalons du modernisme dans le pays à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, lorsque cet art devint profane. Une période qui voit fleurir des portraits de personnalités sociales ou autres et est «imprégnée d’une touche de réalisme et d’impressionnisme», explique Elsie Deek Abou Jaoudé.

Les peintures exposées au musée de l’université sont toutes issues d’une partie de la collection Émile Hannouche appartenant à la faculté. Elles portent la signature des plus grands représentants de cette ère du modernisme: Daoud Corm, Habib Srour, Georges Sabbagh, Georges Corm, Moustapha Farroukh, César Gemayel, Omar Onsi et Marie Haddad, la seule femme exposée et l’une des pionnières de cette époque. «Les œuvres de Marie Haddad ont une place particulière dans nos cœurs», raconte la commissaire, étant donné les difficultés que traversaient les femmes de l’époque pour vivre leur passion, surtout au Liban.

«Ces artistes exposés sont les maîtres de la peinture libanaise», assure Mme Abou Jaoudé, qui souligne que chez Daoud Corm et Habib Srour, on note un classicisme qui s’apparente à celui des maîtres italiens de l’époque, avec le portrait en clair-obscur, la posture sérieuse des modèles. Les peintres libanais ne tarderont toutefois pas à voguer vers une plus grande liberté, comme on peut le constater chez Georges Corm, avec une touche de pinceau assez fugace tournée vers l’impressionnisme.

On retrouve d’ailleurs de temps en temps une forme de réalisme chez ces peintres libanais qui se sont formés en France ou en Italie et qui s’inspirent des peintres de ces pays tout en y intégrant leur identité libanaise. L’époque foisonne par ailleurs d’évènements politiques culturels au Liban, où le portait domine. Les mécènes et les grandes familles financent ces artistes auxquels ils commandent beaucoup de portraits, notamment de l’élite libanaise, mais aussi de familles égyptiennes.

Ils assurent la survie de ces artistes, leur permettant d’explorer des thèmes plus libres et des techniques plus expérimentales. Les œuvres commissionnées composent alors la majeure partie de leur travail, ce qui ne les empêche pas par moments de délaisser le portrait pour peindre des paysages avec une plus grande palette de couleurs.

Pour autant, le portrait reste au centre de leur œuvre comme une forme d’ancrage. C’est la fin de l’Empire ottoman qui, dans ses derniers jours, se tourne vers l’Occident. Puis vient le mandat français et ces deux événements nourrissent une inspiration qui génère un mélange à la croisée de l’Orient et de l’Occident, mais dont l’empreinte demeure résolument libanaise. Une identité difficile à cerner, encore aujourd’hui, le Liban ayant été une terre d’accueil tout au long de son histoire.

Les peintres exposés ont tous décroché des prix dans les expositions universelles de Paris et participé à de grands salons et expositions européens.

Une démarche pour sensibiliser

L’exposition présentée à l’Usek vise à sensibiliser le grand public à la valeur culturelle du patrimoine libanais que représentent ces œuvres. Écoles, universités et entreprises sont invitées à venir la découvrir.

Le projet est parti d’une recherche sur les métiers du musée, une mission confiée par Mme Abou Jaoudé à des étudiants en première année de différentes disciplines des beaux-arts: architecture, architecture d’intérieur, médias numériques et art graphique. «Il fallait d’abord définir ces métiers pour arriver à cet accrochage et ancrer ces notions, alors qu’un autre groupe d’étudiants travaillait sur la biographie de ces artistes et leur impact social, histoire de mesurer la reconnaissance qu’ils ont connus de leur vivant ou à titre posthume», précise la commissaire de l’exposition.

Elle souligne par ailleurs la vocation du cadre universitaire pour promouvoir cet art.

Faces and Places raconte aussi l’histoire d’objets et de costumes de cette époque. Une machine à coudre, un fer à repasser et des vêtements, dont une abaya du début du XXe siècle qui a bien servi, figurent dans cette riche collection de l’Usek.

Faces and Places, ce sont tous les visages que l’on voit à travers ces portraits qui peuvent être des personnages illustres ou des anonymes, mais qui ont existé quelque part, comme la petite bédouine de Marie Haddad. Les objets du quotidien baignent dans une senteur de romarin qui ramène au cœur de la demeure libanaise, «le son de Sayed Darwich et la musique ottomane d’époque étant là pour transporter le visiteur dans ce Liban du début du XXe siècle», conclut Elsie Deek Abou Jaoudé.

Articles similaires

Bruce Lee serait mort d’avoir bu trop d’eau, selon des scientifiques

chef

Festival de la production théâtrale féminine : Vibrant hommage à la défunte artiste Sonia

chef

Le programme culturel de Wadi al-Fann à AlUla s’ouvre sur une performance inspirée de la poésie chinoise

chef